La défiscalisation de vos dons en quelques mots

Il existe actuellement plusieurs moyens qui permettent de réduire ses impôts d’une manière légale : l’investissement dans l’immobilier, les placements financiers, etc. Les dons permettent également d’alléger votre fiscalité. Et comment ?

Dons et défiscalisation : qui sont les bénéficiaires ?

Savez-vous qu’en faisant des dons à des associations, vous pouvez réaliser de sacrées économies ? En effet, cette solution ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu ou sur l’impôt sur la fortune immobilière d’une valeur pouvant aller jusqu’à 75 % des sommes versées. Néanmoins, la limite est fixée à 20 % du revenu imposable. Toutefois, il existe certains critères à respecter pour bénéficier d’une défiscalisation des dons.

L’association doit avoir un objet social et un but non lucratif. Les organismes les plus courants sont les associations reconnues d’utilité publique, les organismes, associations et œuvres d’intérêt général. Dans le code général des impôts, les domaines d’activité suivants sont à privilégier : philanthropique, cultuel, éducatif, scientifique, social, familial, humanitaire, sportif, culturel, défense de l’environnement, etc.

Quel est le montant de la réduction fiscale ?

La défiscalisation des dons concerne uniquement les versements, les dons et les cotisations (sommes d’argent, dons en nature, dons alimentaires et frais engagés pour une activité bénévole), ainsi que les revenus auxquels un particulier décide de renoncer au profit d’une ou de plusieurs associations. Attention ! Le don doit être désintéressé, c’est-à-dire que vous n’attendez rien en retour.

La réduction varie selon le type d’organisme. Dans le cas d’une association d’intérêt général ou d’utilité publique, elle s’élève à 66 % des sommes versées dans l’année, avec un plafond de 20 % du revenu imposable. En revanche, si le don est offert à un organisme d’aide publique aux personnes en difficulté, l’avantage fiscal sera de 75 % des dons annuels, pour un montant égal ou inférieur à 530 euros, à la limite de 398 euros, ou de 66 % pour une somme de plus de 530 euros, à hauteur de 20 % du revenu imposable. En cas de dépassement, l’excédent sera reporté sur les 5 années suivantes.

Comment déclarer les dons ?

À chaque déclaration annuelle de revenu, il faudrait inclure dans la case 7 UF de la déclaration n°2042 RICI le montant des versements effectués auprès d’un organisme d’intérêt général ou d’utilité publique. Ainsi, les dons offerts en 2019 sont à déclarer avec les revenus en 2020. Dans le cas d’un organisme d’aide aux personnes en difficulté, il faudrait compléter la case 7 UD. Avec le système de prélèvement à la source, le versement du premier acompte sera réalisé au mi-janvier et le reste à l’été 2020.

Petit conseil : Après chaque versement, exigez un reçu. C’est la preuve de votre don et vous en aurez besoin pour compléter le formulaire. La déclaration peut d’ailleurs se faire en ligne. Ce qui simplifie les démarches.

Le don IFI, une belle manière pour soutenir la lutte contre le cancer
Les règles du don aux associations